Accueil / Actualité / Livres

Livres

     
     
  VIENT DE PARAÎTRE  
     
  Pascal Beyls, Félix Marmion, 1787-1869. Oncle de Berlioz.  
     
     
  DERNIÈRES PARUTIONS  
     
  Violaine Anger, Berlioz et la scène : penser le fait théâtral.       
     
  Gaëlle Loisel, La Musique au défi du drame - Berlioz et Shakespeare.        
   
  Hector Berlioz, Memorias.
   
   
   
  À PARAÎTRE
   
  The Cambridge Berlioz Encyclopedia / ed. by Julian Rushton.
   
  Melinda P. O’Neal, Experiencing Berlioz : A Listener's Companion.
   
   
 

VIENT DE PARAÎTRE

   
 

Pascal Beyls, Félix Marmion, 1787-1869. Oncle de Berlioz.

   
 

Pascal Beyls, Félix Marmion, 1787-1869.
Grenoble, P. Beyls, 2017, 600 p.
€  28

Ce livre retrace la biographie de l'oncle de Berlioz, Félix Marmion. Né en 1787, Félix Marmion fit une carrière militaire dans la cavalerie. Il marqua son illustre neveu, Berlioz. Dans ses Mémoires, lors de ses séjours d'enfance à Meylan, celui-ci écrivit :

Il suivait la trace lumineuse du grand Empereur, et qu'il retrouvait tout chaud encore de l'haleine du canon, orné tantôt d'un simple coup de lance, tantôt d'un coup de mitraille dans le pied ou d'un magnifique coup de sabre au travers de la figure. Il n'était encore qu'adjudant-major de lanciers ; jeune, épris de la gloire, prêt à donner sa vie pour un de ses regards, croyant le trône de Napoléon inébranlable comme le Mont Blanc ; et joyeux et galant, grand amateur de violon et chantant fort bien l'opéra-comique.

Ce fut un personnage débonnaire, attachant, bon vivant et qui, malgré quelques petites brouilles avec son illustre neveu, sut reconnaître son génie. Il est très peu mentionné dans les biographies de Berlioz et reste assez mal connu. À la sortie de l'École polytechnique, il participa aux campagnes napoléoniennes, en Espagne puis en Russie et combattit à Waterloo. Il aimait les champs de bataille. Il fit une carrière dans la cavalerie pour finir colonel du 11e dragons. Aimant les femmes, les chevaux, la chasse, le théâtre, la musique, il se maria sur le tard et prit sa retraite à Tournon. Il mourut trois semaines après Berlioz. Il fut souvent proche de lui, usant de diplomatie auprès de sa famille pour faire admettre sa vocation musicale et son mariage. Il fut le seul de sa famille à reconnaître le génie de Berlioz, à écouter ses concerts et l'encourager :

Oui, mon cher Hector, j'ai, plus que toi, désiré ton triomphe. Bien plus que toi aussi nous avons eu les anxiétés de la lutte dont jusqu'à un certain point tu pouvais deviner l'issue. Mais ici nous tremblions tous, et notre joie a été grande à la nouvelle de ta victoire.

On y détaille ses études puis les différentes campagnes napoléoniennes, sa carrière militaire, les relations affectueuses avec son neveu Berlioz, son influence sur lui.

L'ensemble de sa correspondance (270 lettres) ainsi qu'un portrait inédit est également donné.

Il est disponible au prix de 28 € plus 5 € de frais de port.

Pascal Beyls
209, chemin de Chantebout
F - 38330  MONTBONNOT
France

pascal.beyls@laposte.net

   
 

                  Pascal Beyls

 

        Félix Marmion

                  oncle de Berlioz

 

   
   
 

DERNIÈRES PARUTIONS

   
 

Violaine Anger, Berlioz et la scène : penser le fait théâtral.

   
  Violaine Anger, Berlioz et la scène : penser le fait théâtral.
Paris, Vrin, 2016, 304 p. Coll. « MusicologieS ».
28 €

« Voyez ce corps! » À la dernière scène de Roméo et Juliette, Capulets et Montaigus, accourus au tombeau, sont face à l'évidence : ce drame est le résultat de leurs vaines luttes fratricides. Dans l'œuvre d'Hector Berlioz, le Père Laurence désigne les deux amants dont ils voient horrifiés que « le sang fume encore! ». Or, il n'y a aucun corps sur scène puisque Roméo et Juliette n'existent qu'en musique. Pourtant, tout le monde « voit » ce qui n'est pas là. Ce faisant, Berlioz redécouvre un fondement du théâtre : non pas la vision, mais la croyance en la « présence » de ce qui est absent. Il y est amené par sa musique, narrative et évocatrice comme un roman, capable de faire exister un monde sans aucun support scénique.

Ses œuvres explorent ainsi ce qu'est, dans son fondement, l'incarnation théâtrale : le rôle dramatique de la musique, la nature du personnage de théâtre, la valeur du chant face au parler, l'émotion artistique sont totalement repensés. Aventure d'une vie, parcours chronologique aussi bien que logique, son œuvre scénique s'avère prodigieusement novatrice, pressentant le XXIe siècle.



   
   
 

  Gaëlle Loisel, La Musique au défi du drame - Berlioz et Shakespeare.

   
  Gaëlle Loisel, La Musique au défi du drame - Berlioz et Shakespeare.
Paris, Classiques Garnier, 2016, 457 p. Coll. « Perspectives comparatistes », 48.
49 €

Fasciné par Shakespeare, Hector Berlioz manifeste le désir d'appréhender son théâtre dans toute sa complexité. À travers le dialogue entre le compositeur et le dramaturge, sont donnés à lire et à entendre une mutation du goût, un bouleversement historique et un changement de paradigme esthétique.


   
   
 

Hector Berlioz, Memorias.

   
 

Hector Berlioz, Memorias. Edición de Enrique García Revilla.
Tres Cantos, Madrid, Akal, 2017, 576 p.
35 €


   
   
 

À PARAÎTRE

   
 

The Cambridge Berlioz Encyclopedia / ed. by Julian Rushton.

   
  The Cambridge Berlioz Encyclopedia / ed. by Julian Rushton.
Cambridge and New York : Cambridge University Press, 2017.


The Cambridge Berlioz Encyclopedia
   
   
 

Melinda P. O'Neal, Experiencing Berlioz : A Listener's Companion.

   
  Melinda P. O'Neal, Experiencing Berlioz : A Listener's Companion.
Lanham : Rowman & Littlefield, 2018, 240 p.
Coll. « Listener's Companion ».
$40.00/£24.95

   

 

© AnHB 2002-2017 - Association nationale Hector Berlioz