Accueil / Actualité / Livres

Livres

   
   
Berlioz  
   
Autour de Berlioz  
   
   

Berlioz

 
   
VIENT DE PARAÎTRE  
   
Hector Berlioz. Critique musicale, vol. 10 (1860-1863),  
   
 
LIVRE AUDIO                
 
The Memoirs of Hector Berlioz
 
 

Autour de Berlioz

 
Croquer Saint-Saëns : une histoire de la représentation du musicien par la caricature.
 
Histoire de l'opéra. Du Consulat aux débuts de la IIIe République.                      
 
Marie de Flavigny, comtesse d'Agoult, Correspondance générale. Tome X : 1858-1859.          
 
Charles-Éloi Vial, Napoléon : la certitude et l’ambition.                   
 
Tempêtes et naufrages. De Vernet à Courbet.
 
 

Berlioz

 

VIENT DE PARAÎTRE

 

Hector Berlioz. Critique musicale, vol. 10 (1860-1863).

 
Hector Berlioz. Critique musicale, vol. 10 (1860-1863),
éd. Anne Bongrain et Marie-Hélène Coudroy-Saghaï.
Paris : Société française de musicologie, 2020, 650 p.
45 €


Alors que Berlioz entame en 1860 ses dernières années de collaboration au  Journal des débats, le monde musical est en émoi avec l'arrivée de Wagner, venu conquérir Paris. Hermétique à la « musique de l'avenir », Berlioz préférera confier à son ami d'Ortigue le compte rendu de Tannhäuser, représenté à l'Opéra en 1861.

Malgré cette création et quelques autres, comme celles de Pierre de Médicis de Joseph Poniatowski, La Statue de Reyer ou  La Reine de Saba de Gounod, le répertoire de l'Opéra est d'une désespérante monotonie. Cependant, la reprise d'Alceste, avec la bouleversante Pauline Viardot dans le rôle-titre, stimule Berlioz, qui consacre aux œuvres inspirées par l'Alceste d'Euripide six articles pour mieux souligner le génie dramatique de Gluck. Très actifs au contraire, le Théâtre-Lyrique et l'Opéra-Comique montent une quarantaine d'ouvrages, parmi lesquels nombre de créations, et la représentation de Fidelio en français dont Berlioz rend compte avec ferveur.

Les concerts continuent à un rythme effréné, et Berlioz ne sait plus quels éloges trouver pour tous ces virtuoses solistes, chambristes, et ces orchestres qui, comme dans les concerts populaires de Pasdeloup au Cirque Napoléon, améliorent le goût du public.

Même s'il obtient un vif succès à Bade avec Béatrice et Bénédict dans lequel Anne Charton-Demeur l'enchante, Berlioz est épuisé par sa santé qui se dégrade, démoralisé par la méfiance qu'inspirent Les Troyens pour être joués, et tout à fait lassé de son métier de critique. L'occasion de démissionner se présente enfin et le 8 octobre 1863, il signe son dernier article du  Journal des débats, sur Les Pêcheurs de perles de Bizet. Un monde se referme, un autre s'ouvre…

 
 

LIVRE AUDIO

 

The Memoirs of Hector Berlioz.

 
The Memoirs of Hector Berlioz.
Translated by David Cairns.
Read by Malcolm Sinclair.
London : The Berlioz Society, 2020.
25 £

Disponible dans le site web de l'éditeur :

https://shop.authors-direct.com/collections/the-memoirs-of-hector-berlioz


 
 

Autour de Berlioz

 

Croquer Saint-Saëns : une histoire de la représentation du musicien par la caricature.

 
Stéphane Leteuré, Croquer Saint-Saëns : une histoire de la représentation du musicien par la caricature. Préface de Bertrand Tillier.
Arles : Actes Sud ; Palazzetto Bru Zane, 2021, 320 p.
10,50 €

Des années 1860 jusqu'à sa disparition en 1921, Camille Saint-Saëns est l'objet, voire l'auteur, d'un grand nombre de caricatures. Aux côtés des écrivains et des hommes politiques, il figure parmi les célébrités dont les portraits-charges accompagnent la médiatisation. Vecteurs de popularité, les caricatures rassemblent une part de vérité et de subjectivité où se jouent de multiples enjeux personnels, professionnels, artistiques et politiques ; elles fixent le portrait du compositeur renommé, parfois mis en cause, toujours exposé au regard extérieur, condamné à devenir un objet de représentation, un point de convergence des regards de l'opinion publique. Ce livre est le premier essai iconologique consacré à un musicien français. À travers 78 caricatures, il offre une anthologie d'images classées et commentées au regard des connaissances mises à jour par la recherche scientifique.

VIDÉO :

Présentation de l'ouvrage par l'auteur

https://www.youtube.com/watch?v=54OVDUAeBrg&feature=youtu.be



 
 

Histoire de l'opéra. Du Consulat aux débuts de la IIIe République.

 

Hervé Lacombe (dir.), Histoire de l'opéra. Du Consulat aux débuts de la IIIe République.
Paris : Fayard, 2020, 1200 p.
Coll. « Musique ».
39 €

Le XIXe siècle est en France l’ère du piano, des virtuoses, des concerts symphoniques, de la presse musicale, de la mélodie et des salons, mais, plus que tout, il est le temps de l’opéra. À Paris, en province et dans les colonies, sous sa forme spectaculaire ou par ses innombrables arrangements, ce genre déjà plus que séculaire demeure l’objet d’attentions particulières des pouvoirs qui se succèdent, du Consulat aux débuts de la IIIe République. Il continue à se ramifier, avec l’opérette et l’opéra de salon, s’enrichit d’apports étrangers, de Rossini à Wagner, devient le centre de toute l’activité musicale et infiltre les diverses couches de la société. L’opéra est donc tout autant un phénomène culturel d’une ampleur considérable qu’un objet artistique, le résultat d’une industrie que le fruit d’une esthétique. Sollicitant les yeux, les oreilles et les émotions, manipulant les idées comme les imaginaires, il reflète et concentre son époque.


 
 

Marie de Flavigny, comtesse d'Agoult, Correspondance générale. Tome X : 1858-1859.

 

Marie de Flavigny, comtesse d'Agoult, Correspondance générale. Tome X : 1858-1859.
Édition établie et annotée par Charles F. Dupêchez.
Paris : Honoré Champion, 2020, 790 p.
Coll. « Bibliothèque des correspondances, mémoires et journaux », 114.
120 €

De retour d'Italie en janvier 1858, après un passage par Hyères (où elle rencontre Jules Michelet) et Nice, la comtesse d'Agoult loge quelques mois chez sa fille Claire, rue de Courcelles, passe une partie de l'été à Zurich où elle retrouve les Herwegh et son autre fille Cosima, fait avec plaisir la connaissance de son gendre, Hans von Bülow, ainsi que de Richard Wagner. Puis, elle regagne Paris et loue un appartement sur l'actuelle avenue Foch. En 1859, de nouveau dépressive, elle s'établit à Nice, encore au royaume de Piémont-Sardaigne. Elle y apprend la mort, à vingt ans, de son fils Daniel.

Après avoir écrit une Marie Stuart et une Jeanne d'Arc rejetées par les théâtres parisiens, elle s'acharne en vain sur une troisième œuvre dramatique, Jacques Cœur. Cependant, un jeune et fougueux littérateur italianisant lui redonne espoir quand il commence à se démener pour faire monter Jeanne d'Arc dans la péninsule. Elle publie en 1858 des Fragments d'un voyage en Italie et, en 1859, la troisième édition de ses Esquisses morales ainsi qu'une longue nouvelle, La Boîte aux lettres. Enfin, elle reprend son travail sur l'histoire de la république des Pays-Bas, dont elle publie un long chapitre.

Une rencontre lui donne cependant un regain d'énergie, celle de Juliette La Messine, la future et célèbre salonnière Juliette Adam, dont elle décide de prendre en main la carrière littéraire.


 
 

Charles-Éloi Vial, Napoléon : la certitude et l'ambition.

 
Charles-Éloi Vial, Napoléon : la certitude et l'ambition.
Paris : Perrin / BnF éditions, 2020, 288 p.
Coll. « La Bibliothèque des Illustres ».
24 €

Cette biographie d'un genre nouveau, richement illustrée, permet de découvrir Napoléon autrement. Elle décape la légende et questionne avec force la construction de sa personnalité, son rapport au pouvoir et ses relations avec ses contemporains. Ainsi émerge une image inattendue de l'immortel empereur. Tout se résume peut-être à ce seul enjeu : comprendre qui il était et s'il fut maître de son destin ou prisonnier d'une fatalité qui le dépassait.

 
 
 

Tempêtes et naufrages. De Vernet à Courbet.

 

Gaëlle Rio (dir.), Tempêtes et naufrages. De Vernet à Courbet.
Paris : Éditions Paris Musées, 2020, 176 p.
29,90 €

Le romantisme se délecte de convulsions, qu'elles soient d'ordre émotionnel, sentimental ou météorologique. La mer, par sa démesure et ses secrets, fascine les artistes (peintres, écrivains, poètes, etc.), qui investissent ce décor pour y raconter – parfois de façon sensationnelle, des drames humains. Cette riche iconographie, grandiose dans son réalisme, trouve également un écho dans la musique, la littérature ou même l'exercice de la peinture en extérieur.

Ce livre embarque les lecteurs dans une histoire de la peinture romantique, qui trouve « avec le naufrage, la tempête, l'abordage, l'incendie, la mer à drames et mélodrames », les moyens, d'une manière très personnelle, d'approcher le sublime.

 

 

© AnHB 2002-2021 - Association nationale Hector Berlioz