Accueil / Actualité / Livres

Livres

     
     
  Berlioz  
     
  Autour de Berlioz  
     
     
 

Berlioz

 
     
 

DERNIÈRES PARUTIONS

 
     
  Berlioz, poète et théoricien de l’orchestre : regards sur le Grand Traité d’instrumentation et d’orchestration modernes.  
     
  David Cairns, Discovering Berlioz: Essays, Reviews, Talks.  
     
  Hector Berlioz 1869-2019 (150 ans de passions).                         
     
   
 

Autour de Berlioz

   
  Un soir chez la princesse Mathilde : une Bonaparte et les arts.
   
   
 

Berlioz

   
 

DERNIÈRES PARUTIONS

   
 

Berlioz, poète et théoricien de l'orchestre : regards sur le Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes

   
 

Emmanuel Reibel et Béatrice Didier (dir.), Berlioz, poète et théoricien de l'orchestre : regards sur le Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes.
Paris : Honoré Champion, 2019, 256 p.
Coll. « Dialogue des arts », 7.
40 €

Hector Berlioz publie en 1843 un Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes dont il donne une édition augmentée de « L'art du chef d'orchestre » en 1855 : il y manifeste de façon éclatante sa créativité de musicien et d'écrivain. Ce volume tente de montrer l'originalité de sa démarche à une époque où la facture instrumentale se développe considérablement, mais où Berlioz est presque l'un des seuls à mener en France une réflexion d'ensemble sur l'orchestre. Dans ce texte surprenant, où se mêlent rêve utopique sur l'orchestre idéal et conseils très précis livrés aux instrumentistes et aux chefs, envolées lyriques et analyses d'exemples musicaux, l'orchestre apparaît comme un vaste théâtre où se joue l'avenir de l'art. Livre de chevet de plusieurs musiciens français, de Camille Saint-Saëns à Maurice Ravel, l'ouvrage est mieux accueilli encore à l'étranger, en Russie, en Allemagne et en Angleterre. Ce traité riche en perspectives sur la musique et la société futures concerne-t-il encore les musiciens de notre temps ? C'est ce qu'interroge cet ensemble d'études qui, nous l'espérons, ne manque pas d'actualité.


   
   
 

David Cairns, Discovering Berlioz: Essays, Reviews, Talks.

   
  David Cairns, Discovering Berlioz: Essays, Reviews, Talks.
Foreword by Sir John Eliot Gardiner.
London : Toccata Press, 2019, 400 p. Coll. « Musicians on Music ».
£39.50

The writings of David Cairns have played a major part in the relatively recent acceptance of Berlioz as a central figure in western classical music. Discovering Berlioz collects articles, lectures and other texts from several decades of advocacy, throwing new light on this outsize personality - the Romantic composer par excellence.

For the past half-century and more David Cairns has been one of the world's pre-eminent Berlioz scholars, translating Berlioz's freewheeling memoirs and writing a monumental biography of the composer that earned a procession of awards. But many of Cairns' writings on Berlioz were intended for particular audiences - the Berlioz Society Bulletin, articles in books and journals, contributions to newspapers (he was a critic for The Sunday Times for 25 years) and lectures - and have never been collected between a single set of covers. Discovering Berlioz presents nearly 40 essays from the past five decades that even now throw unexpected light on this most quixotic and profound of composers - firebrand and philosopher almost in the same breath.

These articles follow the chronology of Berlioz's life, examining the influences of his provincial childhood on his music, the revelations of Virgil, Gluck, Shakespeare and Beethoven, the tribulations of his professional life in Paris, when the pressure to earn a living as a reviewer and writer robbed him of the time he should have spent on composition, and finally focusing on the masterpiece that crowned Berlioz's difficult life, the operatic epic Les Troyens. Discovering Berlioz also charts the history of Berlioz reception: the composer who in the mid-twentieth century was regarded as an eccentric outsider is now seen as one of the most vital figures in the history of western music - a re-assessment for which David Cairns himself deserves much of the credit.


   
   
 

Hector Berlioz 1869-2019 (150 ans de passions).

   
  Alban Ramaut et Emmanuel Reibel (dir.), Hector Berlioz 1869-2019 (150 ans de passions).
Avant-propos de John Eliot Gardiner.
Château-Gontier : Éditions Aedam Musicae, 2019, 356 p. Coll. « Musiques-XIX-XXe siècles ».
30 €

L'auteur de la  Symphonie fantastique  et de  La Damnation de Faust  n'a cessé de cristalliser les passions. Il s'éteint en 1869, peu de temps avant la chute du Second Empire, sans avoir réussi à imposer son art avec la force de l'évidence, mais en laissant à la postérité une œuvre musicale et littéraire d'une exceptionnelle originalité.

Comment cet éternel incompris est-il devenu malgré tout une figure patrimoniale, dans la France de la IIIe République ? Quel rôle sa musique a-t-elle joué sur les générations ultérieures de compositeurs français et étrangers ? Ce musicien peut-il échapper aujourd'hui à l'image d'exalté qu'il a lui-même contribué à construire ? Autant de questions qu'aborde ce livre-anniversaire : en réunissant les meilleurs spécialistes internationaux, il se propose d'explorer librement les diverses façons dont on a  interprété, entendu, enregistré, commenté, aimé ou détesté Berlioz, au cours du siècle et demi qui nous sépare de sa mort.

Consulter la table des matières :

http://www.musicae.fr/files_images/afficher.php?ref=Livre%20:%20HECTOR%20BERLIOZ%201869-2019%20%28150%20ans%20de%20passions%29%20de%20Emmanuel%20Reibel%2C%20Alban%20Ramaut&id=463&n_p=356



   
   
 

Autour de Berlioz

   
 

Un soir chez la princesse Mathilde : une Bonaparte et les arts.

   
  Carole Blumenfeld, Philippe Costamagna, Adrien Goetz, Paul Perrin (dir.), Un soir chez la princesse Mathilde : une Bonaparte et les arts.
Catalogue de l'exposition qui s'est tenue au Palais Fesch, musée des beaux-arts d'Ajaccio, du 27 juin au 30 septembre 2019.
Milano : Silvana editoriale, 2019, 383 p.
29 €

Mathilde Bonaparte (1820-1904) est une femme libre. Fille de Jérôme, petite-fille de Charles et de Laetitia, elle est fière d'être la nièce de Napoléon Ier, qu'elle aurait pu connaître et dont elle vénère la mémoire. Par sa mère, Catherine de Wurtemberg, elle est aussi la nièce du tsar de Russie et cousine avec toutes les monarchies européennes. Intelligente et vive, elle a rêvé d'épouser son cousin, le futur Napoléon III, dont elle sut demeurer très proche. Elle ne se satisfait pas de ce rang qu'elle ne doit qu'au hasard de la naissance. Elle est artiste. Tous les jours, elle peint dans son atelier. Elle invite chez elle des peintres, qu'elle considère comme ses amis. Elle collectionne œuvres modernes et tableaux anciens, dans des demeures où elle reçoit la société la plus choisie. Amie des écrivains, elle sut attirer à elle les frères Goncourt, Sainte-Beuve, Théophile Gautier ou Gustave Flaubert. Elle vécut assez pour connaître et apprécier Edmond Rostand et pour inviter le jeune Marcel Proust qui en conserva un souvenir ébloui. Cette exposition est une invitation à entrer dans l'intimité de cette Bonaparte d'exception, comme si, partant à la recherche du temps perdu, vous alliez passer un soir chez la princesse Mathilde…

   
   
   

 

© AnHB 2002-2020 - Association nationale Hector Berlioz