Accueil / Actualité / Livres

Livres

   
   
Berlioz  
   
Autour de Berlioz  
   
   

Berlioz

 
   

DERNIÈRES PARUTIONS

 
   
Écrits de compositeurs et espaces médiatiques  
   
The Other Worlds of Hector Berlioz. Travels with the Orchestra.  
   
Music and fantasy in the age of Berlioz.  
   
Berlioz, poète et théoricien de l’orchestre : regards sur le Grand Traité d’instrumentation et d’orchestration modernes.  
   
David Cairns, Discovering Berlioz: Essays, Reviews, Talks.  
   
Hector Berlioz 1869-2019 (150 ans de passions).                         
   
 

Autour de Berlioz

 
Marie de Flavigny, comtesse d'Agoult, Correspondance générale. Tome IX : 1856-1857.
 
Louis-Léopold Boilly : le peintre de la société parisienne de Louis XVI à Louis-Philippe.
 
 

Berlioz

 

DERNIÈRES PARUTIONS

 

Écrits de compositeurs et espaces médiatiques

 

Revue musicale OICRM, volume 7, n° 1

ARTICLE
Investir les journaux à l'ère industrielle. Fatalité ou opportunisme ? L'exemple de Berlioz (1830-1838)
Alban Ramaut

NOTE DE TERRAIN
Hector Berlioz et l'espace médiatique russe au xixe siècle
Anastasiia Syreishchikova-Horn

Présentation et sommaire :
http://revuemusicaleoicrm.org/wp-content/uploads/2020/03/0_rmo_vol.7.1_introduction.pdf



 
 

The Other Worlds of Hector Berlioz. Travels with the Orchestra.

 
Inje van Rij, The Other Worlds of Hector Berlioz. Travels with the Orchestra.
Cambridge : Cambridge University Press, 2020, 357 p.
£23.99

Berlioz frequently explored other worlds in his writings, from the imagined exotic enchantments of New Zealand to the rings of Saturn where Beethoven's spirit was said to reside. The settings for his musical works are more conservative, and his adventurousness has instead been located in his mastery of the orchestra, as both orchestrator and conductor. Inge van Rij's book takes a new approach to Berlioz's treatment of the orchestra by exploring the relationship between these two forms of control – the orchestra as abstract sound, and the orchestra as collective labour and instrumental technology. Van Rij reveals that the negotiation between worlds characteristic of Berlioz's writings also plays out in his music: orchestral technology may be concealed or ostentatiously displayed; musical instruments might be industrialised or exoticised; and the orchestral musicians themselves move between being a society of distinctive individuals and being a machine played by Berlioz himself.

Introduction

1 Travels with the orchestra: Travel writing and Berlioz's Orchestration

2 Conquering Other worlds: Military metaphors, virtuosity, and subjectivity in Symphonie funèbre et triomphale and Harold en Italie

3 Visions of Other worlds: Sensing the supernatural in Épisode de la vie d'un artiste and La nonne sanglante

4 Back to (the music of) the future: Aesthetics of technology in Berlioz's Euphonia and Damnation de Faust

5 Exhibiting Other worlds: Les Troyens, museum culture, and human zoos

Epilogue


 
 

Music and fantasy in the age of Berlioz

 

Francesca Brittan, Music and fantasy in the age of Berlioz.
Cambridge : Cambridge University Press, 2020, 357 p.
Coll. « New perspectives in music history and criticism », 27.
£26.99

The centrality of fantasy to French literary culture has long been accepted by critics, but the sonorous dimensions of the mode and its wider implications for musical production have gone largely unexplored. In this book, Francesca Brittan invites us to listen to fantasy, attending both to literary descriptions of sound in otherworldly narratives, and to the wave of 'fantastique' musical works published in France through the middle decades of the nineteenth century, including Berlioz's 1830 Symphonie fantastique, and pieces by Liszt, Adam, Meyerbeer, and others. Following the musico-literary aesthetics of E. T. A. Hoffmann, they allowed waking and dreaming, reality and unreality to converge, yoking fairy sound to insect song, demonic noise to colonial 'babbling', and divine music to the strains of water and wind. Fantastic soundworlds disrupted France's native tradition of marvellous illusion, replacing it with a magical materialism inextricable from republican activism, theological heterodoxy, and the advent of 'radical' romanticism.

Introduction: Hearing Fantasy

1 - The Fantastique moderne

Épisode de la vie d'un artiste

2 - Melancholy, Monomania, and the Monde fantastique

3 - Le Retour à la vie: Natural Magic and the Ideal Orchestra

4 - Grammatical Imaginaries

Of Demons and Fairies

5 - Listening in Hell

6 - Fairyology, Entomology, and the Scherzo fantastique


 
 

Berlioz, poète et théoricien de l'orchestre : regards sur le Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes

 

Emmanuel Reibel et Béatrice Didier (dir.), Berlioz, poète et théoricien de l'orchestre : regards sur le Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes.
Paris : Honoré Champion, 2019, 256 p.
Coll. « Dialogue des arts », 7.
40 €

Hector Berlioz publie en 1843 un Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes dont il donne une édition augmentée de « L'art du chef d'orchestre » en 1855 : il y manifeste de façon éclatante sa créativité de musicien et d'écrivain. Ce volume tente de montrer l'originalité de sa démarche à une époque où la facture instrumentale se développe considérablement, mais où Berlioz est presque l'un des seuls à mener en France une réflexion d'ensemble sur l'orchestre. Dans ce texte surprenant, où se mêlent rêve utopique sur l'orchestre idéal et conseils très précis livrés aux instrumentistes et aux chefs, envolées lyriques et analyses d'exemples musicaux, l'orchestre apparaît comme un vaste théâtre où se joue l'avenir de l'art. Livre de chevet de plusieurs musiciens français, de Camille Saint-Saëns à Maurice Ravel, l'ouvrage est mieux accueilli encore à l'étranger, en Russie, en Allemagne et en Angleterre. Ce traité riche en perspectives sur la musique et la société futures concerne-t-il encore les musiciens de notre temps ? C'est ce qu'interroge cet ensemble d'études qui, nous l'espérons, ne manque pas d'actualité.


 
 

David Cairns, Discovering Berlioz: Essays, Reviews, Talks.

 
David Cairns, Discovering Berlioz: Essays, Reviews, Talks.
Foreword by Sir John Eliot Gardiner.
London : Toccata Press, 2019, 400 p.
Coll. « Musicians on Music ».
£39.50

The writings of David Cairns have played a major part in the relatively recent acceptance of Berlioz as a central figure in western classical music. Discovering Berlioz collects articles, lectures and other texts from several decades of advocacy, throwing new light on this outsize personality - the Romantic composer par excellence.

For the past half-century and more David Cairns has been one of the world's pre-eminent Berlioz scholars, translating Berlioz's freewheeling memoirs and writing a monumental biography of the composer that earned a procession of awards. But many of Cairns' writings on Berlioz were intended for particular audiences - the Berlioz Society Bulletin, articles in books and journals, contributions to newspapers (he was a critic for The Sunday Times for 25 years) and lectures - and have never been collected between a single set of covers. Discovering Berlioz presents nearly 40 essays from the past five decades that even now throw unexpected light on this most quixotic and profound of composers - firebrand and philosopher almost in the same breath.

These articles follow the chronology of Berlioz's life, examining the influences of his provincial childhood on his music, the revelations of Virgil, Gluck, Shakespeare and Beethoven, the tribulations of his professional life in Paris, when the pressure to earn a living as a reviewer and writer robbed him of the time he should have spent on composition, and finally focusing on the masterpiece that crowned Berlioz's difficult life, the operatic epic Les Troyens. Discovering Berlioz also charts the history of Berlioz reception: the composer who in the mid-twentieth century was regarded as an eccentric outsider is now seen as one of the most vital figures in the history of western music - a re-assessment for which David Cairns himself deserves much of the credit.


 
 

Hector Berlioz 1869-2019 (150 ans de passions).

 
Alban Ramaut et Emmanuel Reibel (dir.), Hector Berlioz 1869-2019 (150 ans de passions).
Avant-propos de John Eliot Gardiner.
Château-Gontier : Éditions Aedam Musicae, 2019, 356 p. Coll. « Musiques-XIX-XXe siècles ».
30 €

L'auteur de la  Symphonie fantastique  et de  La Damnation de Faust  n'a cessé de cristalliser les passions. Il s'éteint en 1869, peu de temps avant la chute du Second Empire, sans avoir réussi à imposer son art avec la force de l'évidence, mais en laissant à la postérité une œuvre musicale et littéraire d'une exceptionnelle originalité.

Comment cet éternel incompris est-il devenu malgré tout une figure patrimoniale, dans la France de la IIIe République ? Quel rôle sa musique a-t-elle joué sur les générations ultérieures de compositeurs français et étrangers ? Ce musicien peut-il échapper aujourd'hui à l'image d'exalté qu'il a lui-même contribué à construire ? Autant de questions qu'aborde ce livre-anniversaire : en réunissant les meilleurs spécialistes internationaux, il se propose d'explorer librement les diverses façons dont on a  interprété, entendu, enregistré, commenté, aimé ou détesté Berlioz, au cours du siècle et demi qui nous sépare de sa mort.

Consulter la table des matières :

http://www.musicae.fr/files_images/afficher.php?ref=Livre%20:%20HECTOR%20BERLIOZ%201869-2019%20%28150%20ans%20de%20passions%29%20de%20Emmanuel%20Reibel%2C%20Alban%20Ramaut&id=463&n_p=356



 
 

Autour de Berlioz

 

Marie de Flavigny, comtesse d'Agoult, Correspondance générale. Tome IX : 1856-1857.

 

Marie de Flavigny, comtesse d'Agoult, Correspondance générale . Tome IX : 1856-1857.
Édition établie et annotée par Charles F. Dupêchez.
Paris : Honoré Champion, 2020, 840 p.
Coll. « Bibliothèque des correspondances, mémoires et journaux », 113.
98 €

En 1856, les publications de la comtesse d'Agoult sont principalement consacrées à des ouvrages dramatiques. Elle espère aussi jouer un rôle influent au sein de la rédaction de la Revue de Paris, en pleine restructuration financière et éditoriale. Mais elle se heurte assez vite à la personnalité du rédacteur en chef et gérant, Maxime Du Camp, et voit ses rêves d'éminence grise s'évanouir.

L'année 1857, dont elle passe la moitié hors de France, est surtout consacrée à l'établissement de ses filles illégitimes. Elle essaye d'empêcher, à Berlin, l'union de Cosima avec le pianiste Hans von Bülow, un élève de Franz Liszt, qu'elle ne connaît que par ouï-dire, puis elle se ravise en considérant que la jeune fille pourra y gagner aisance et liberté. Le mariage est célébré au mois de juillet.

Quant à Blandine, elle épouse en octobre l'avocat Émile Ollivier, futur chef du dernier gouvernement de Napoléon III. La cérémonie, sans solennité, a lieu dans une chapelle du dôme de Florence au terme d'un voyage où les futurs époux sont tombés amoureux.

Expropriée de sa « maison rose » qui doit disparaître pour aménager le quartier de l'Étoile, elle confie les longues et coûteuses tractations administratives à des conseils et avoués plus ou moins compétents à la gouverne de sa fille Claire de Charnacé.

Parmi les nouvelles personnalités reçues dans son salon, deux particulièrement vont jouer un rôle important : Auguste Nefftzer et Charles Dollfus qui fondent ensemble la Revue germanique avant que le premier ne se lance plus tard dans la création du quotidien Le Temps.


 
 

Louis-Léopold Boilly : le peintre de la société parisienne de Louis XVI à Louis-Philippe.

 

Étienne Bréton, Pascal Zuber, Louis-Léopold Boilly : le peintre de la société parisienne de Louis XVI à Louis-Philippe.
Paris : Arthena, 2019, 1008 p.
250 €

Témoin brillant de la vie parisienne de Louis XVI à Louis-Philippe, Louis-Léopold Boilly (1761-1845) est un peintre inclassable d'une foisonnante diversité, auteur de deux mille peintures, dessins et estampes mais aussi de milliers de petits portraits, véritables photographies d'identité de ses contemporains. « Historien des moeurs françaises », il s'astreint à un processus de création rigoureux à partir de dessins préparatoires et de nombreuses études peintes qui témoignent d'un talent aussi rare qu'exigeant. Le prince Youssoupov, le duc de Berry et le duc d'Orléans ne s'y trompent pas en achetant ses scènes de café ou de mouvements de foule devant les théâtres. Si, dès 1800, le public se presse devant les « trompe-l'oeil » de l'artiste volontiers facétieux, sa désarmante virtuosité technique fait aujourd'hui toujours illusion. Caricaturiste inspiré, il exploite toutes les ressources de la physionomie humaine dans sa piquante série des Grimaces, lithographies populaires et enjouées qui ont assuré sa notoriété au-delà des frontières.

Cette monographie attendue de longue date, accompagnée du catalogue raisonné illustré, met en évidence les multiples facettes de l'art de Boilly, artiste novateur au style minutieux, dont la curiosité et l'humour fascinent toujours.


 
 

 

© AnHB 2002-2020 - Association nationale Hector Berlioz